Antonyme de la pudeur

Antonyme de la pudeur

Ulrich Lebeuf displays, brilliantly, that photography exists to evoke — not to describe. His photography is not what the newspapers want to make us believe: that a photograph is a proof. To this end, newspapers assign Ulrich the task of describing, of showing, of explaining, with the inherent risk of disappointment since, whatever the splendor of a sunset, a photograph is never more than a pale imitation.

This is why Ulrich Lebeuf maintains his point of view, that he says "I", and involves us as viewers as much as he was involved in the creation of his photographs. We must rebuild the world that he has deconstructed and fragmented. Whilst it is useless to dwell on his control of light and palette that here builds a sweltering, breathless world of reds and yellows, we must pay careful attention to the framing of these images, and their wonderful ability to mean different things. On one hand, by isolating a detail, the photographer transforms it into a sign, delivering it to us as an object for interpretation or as the starting point of a story which we are free to construct. For example, a blonde wig abandoned on a red bed. On the other hand, whatever lies outside of the frame becomes determinant in organizing our point of view: whatever is not seen becomes more important than what is seen. This practice is not new. We recognize it from cinema which employs the use of the hors-champ more radically than in still photography, and which has seized this opportunity to say more.It is of little importance that these images have been made on the set of erotic or pornographic films. The question here, concerning the erotic, is age-old: that revealing the unseen may kill the mystery, extinguish the fantasy, and put an end to the desire. Yet we find here quite the opposite of all that can be murky and distressing in pornographic movies: a jubilation of life and a sly mirthful wink. 

Ulrich Lebeuf shows that photography has a meaning. He forces us to think, to really look and to really see. This is not so common.

 

Text by Christian Caujolle

 

Antonyme de la pudeur.
 
Texte Christian Caujolle.
 
La photographie, dans sa version documentaire, a vécu, entre autres dans la presse et dans l’esprit du lecteur / regardeur / voyeur sur l’idée qu’elle reproduisait, de façon « juste et vraie », le monde qu’elle était sensée représenter. C’est ainsi que, sur une base dont les photographes mieux que tout autre savent bien qu’elle est fausse, s’est constituée une crédulité, transformée en dogme et en croyance, tellement ancrée dans les mentalités qu’elle est devenue un fait de société et un fait de culture. Un fait dont bien des artistes, aujourd’hui comme hier, se jouent sur bien des modalités, de la parodie au détournement et de la fiction « attestant » de l’existence des faits à toutes les inventions visuelles et graphiques, bougées, floues et décadrées qui battent en brèche la religion. En ces temps où, en raison de la possibilité offerte à tous et à chacun de réaliser des images leur lecture même subit des bouleversements profonds et où l’on commence à voir se dessiner une véritable révolution dans la perception du monde, dans la lecture des images et, certainement dans des valeurs qui, entre autres la mémoire, ont fondé l’organisation du siècle qui vient de s’écouler, il n’est pas indifférent de s’interroger sur ce à quoi peut – doit ? – servir la photographie aujourd’hui. Elle a été, incontestablement, le mode de représentation dominant – et parfois arrogant – d’un vingtième siècle dont elle a fondé la mémoire. Qu’en sera-t-il demain, qu’en est-il aujourd’hui déjà de cette notion ? Et à quoi ressembleront après-demain les albums de famille ou les carnets de voyage, si tant est qu’ils existent en tant qu’objets physiques ? Cela, croyez-vous, nous éloigne de la pratique d’Ulrich Lebeuf, mais il n’en est rien car il affirme une fonction de la photographie, qui n’a pas été majoritaire parce que la presse voulait - contrairement à la justice, clairvoyante parfois - faire accroire qu’une photographie est une preuve. Et, pour cela, lui assignait pour mission de décrire, de « montrer », de donner à voir, d’expliciter, au risque de décevoir puisque, quelque puisse être la splendeur d’un coucher de soleil, aucune photographie ne saurait remplacer, voire même approcher, l’image qui en sera saisie. Il n’est qu’à voir la désolation des tourniquets de cartes postales. Ulrich Lebeuf, lui, affirme, brillamment, que la photographie est là pour évoquer et non pour décrire. C’est pour cela qu’il affirme un point de vue, qu’il dit « je », qu’il nous oblige à nous confronter à des rectangles historiés dont nous devons non point subir la grandeur ou la pertinence, mais nous impliquer en tant que lecteur autant qu’il l’a fait en tant qu’opérateur. Nous devons reconstruire le monde autant que lui-même l’a déconstruit et morcelé. S’il est inutile d’insister sur le contrôle savant de la lumière et de la palette qui construisent un univers dans lequel les rouges et les jaunes induisent une chaleur, voire une touffeur prenante, il faut regarder de près ce qui relève du cadre, du cadrage. Avec cette magnifique capacité à signifier deux choses. D’une part le fait que, par son regard, en isolant un détail, le photographe le transforme en signe et nous le livre comme objet d’interprétation et point de départ d’une « histoire » que nous construirons dans une liberté qu’il limite cependant par les bords de son rectangle. Une perruque blonde abandonnée sur un lit rouge, par exemple. D’autre part le recours au hors-cadre comme élément déterminant de l’organisation du point de vue : ce qui n’est pas montré devient plus important que ce qui est représenté. Cette pratique n’est pas nouvelle et l’on sait à quel point le cinéma, plus radicalement encore que la photographie, s’est emparé de cette possibilité du hors champ et l’a utilisé tour à tour comme une façon de dire beaucoup ou comme une façon de tromper énormément. Alors, il n’est guère important que ces images aient été réalisées sur le tournage de films érotiques ou pornographiques. C’est juste un jeu supplémentaire, qui interroge ce vieux questionnement sur l’érotisme dans lequel le fait de dévoiler est souvent capable, en tuant le mystère, d’atteindre le fantasme et de mettre fin au désir. Pourtant, il y a, à l’opposé de tout ce qui peut être glauque et affligeant dans la quasi-totalité des films porno, une certaine jubilation, de la vie et du clin d’œil dans tout ce travail. Il montre bien que, conçue ainsi, la photographie a un sens. Elle nous oblige à penser à regarder et voir vraiment. Ce n’est plus si fréquent.

Christian Caujolle.

retour
counter

Antonyme de la pudeur

<
Tournage de film X, mars 2007.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009
Liza sur le tournage, Les Petites Vicieuses au Pensionnat. Novembre 2007 Sedan
Scène sur un tournage x, avec Sabrina Christel, à Agen, France. Avril 2008.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009
Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Mars 2007
n tournage Pornographique de la production Enola, septembre 2007 Toulouse.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009
Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Actrices x. 2007, Toulouse.
Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Sept 2007, Toulouse.
Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Sept 2007, Toulouse.
 Sébastien 24 ans, après avoir passé un casting avec succès, se prépare une semaine plus tard à tourner dans son premier film x. Sept 2007
Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
 Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009 Paris.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009 Paris.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, avec l'actrice Graziella, mai 2009 Paris.
Mylene actrice X ne tourne que des scenes lesbienne. Production Enola, septembre 2007 Toulouse.
 Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, avec l'actrice Angell Summers, mai 2009 Paris.
Tournage X Fevrier 2007 Salon Erotica Toulouse.
 Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Sept 2007
Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Mars 2007, Toulouse.
Tournage d'un film pornographique de Jack Tyler, mai 2009 Paris
Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Tournage de la société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Sept 2007, Toulouse. Tatianna.
Tournage de film X, société Goldprod, spécialisée dans le film porno pour le web. Mars 2007, Toulouse.
Tournage dans l'appartement d'une Actrice. Production Enola, septembre 2007 Toulouse.
 Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Liza chez moi, dans la cuisine, elle est venue passer le week-end, assise, repliée sur elle-même, je la photographie sans dire un mot. Décembre 2007 Toulouse
Pause entre deux scénes, Shaynna fume une cigarette.  Mars 2007, Toulouse.
Tournage d'un film pornographique de Fabien Lafait. Aout 2008, Toulouse.
Pause entre deux scènes, Emilie télephone à ses copines. Mars 2007, Toulouse.
caption
>