Kibera

It’s the most populated slum in Nairobi, Kenya’s capital, also one of the biggest in Africa. Life conditions are very hard: overpopulation, no running water nor electricity in most of the shack, insalubrity, low school enrolment rate, criminality, short life expectancy.

To those problems come more specifics ones: ethnic rivalries, local and religious beliefs. The interaction between problem makes the place unstable and under constant tension (political, religious, ethnic). After the presidential elections in 2007, riots happened in Nairobi, mostly in slums’ area. The estimations are around one thousand dead in Kibera only, because of riot police, between rival gangs, by machete or gasoline.

Despite this precarious situation, each issue is trying to solve itself, by inhabitant implication, social worker, volunteer, teachers…

--

C’est le plus peuplé des bidonvilles de Nairobi, la capitale du Kenya, c’est l’un des plus grands bidonvilles d’Afrique. Les conditions de vie y sont très difficiles: surpopulation, ni eau courante ni électricité pour la majorité des habitations, insalubrité, taux de scolarisation bas, criminalité, espérance de vie réduite.

A ces problèmes viennent s’ajouter d’autres plus spécifiques: rivalités ethniques, poids des croyances locales et religieuses. L’interaction des problèmes entre eux rend le bidonville instable et sous tensions (politiques, religieuses et ethniques) constantes. A la suite des élections présidentielles de 2007, des émeutes ont éclaté à Nairobi et plus particulièrement dans les bidonvilles. A la suite de ces dernières, des estimations ont fait état d’un millier de morts à Kibera, dû à l’intervention de la police anti-emmeute, ou entre groupes rivaux, à coups de machettes ou d’essence.

Malgré cette situation précaire, chaque problème tente de se trouver une solution, par l’implication des habitants; travailleurs sociaux, bénévoles, institutrices…

retour
counter

Kibera

<